Prostalgène Revue : Estompe la vieillesse Regardez!

décennie, les scientifiques ont prêté une attention particulière à la prostatite chronique et la dysfonction sexuelle chez les patients présentant une inflammation de la prostate (M. Litwin et al, 1999;.
Il a été suggéré (LP Imshinetskaya, II Gorpinchenko) la présence de troubles neuro-endocriniens chez les. patients atteints de prostatite chronique et les troubles sexuels sont une manifestation clinique de ces troubles.
Ainsi, IMPorudominsky prostatite urgences
a défini des troubles sexuels chez les patients atteints de prostatite chronique en tant que «forme neuroréceptrice d’impuissance».
On sait que les troubles sexuels, ainsi que les. troubles de l’urination et d’autres symptômes, sont des signes caractéristiques d’un processus inflammatoire chronique à long terme dans la prostate.
De plus, le traitement de ces tensions diminuent la douleur, les symptômes urinaires, la dysfonction prostatite urorec
érectile et augmentent la libido (Anderson 2011).
Ainsi, si chez un sujet jeune (moins de 40 ans), le traitement d’une prostatite aigue peut se faire en une quinzaine de jours seulement, le

prostatite chronique forum

prostatite chronique forum

Prostalgène Revue : Estompe la vieillesse Regardez!

sous l’angle de la complémentarité
 le seul reproche qui peut leur être fait, c’est quand l’une d’elle exclue, par un a priori, les zones de pertinences des autres
outre la définition plus précise de la libido (flux libidinal ou flux d’énergie) et de l’amour (flux de vie ou flux existentiel), nous verrons dans les pages ci-après, le rôle et la place des différents moyens  thérapeutiques pour restaurer l’équilibre des cinq flux : énergie,  vie (existentiel) , action, pensée, émotion
la libido représente l’énergie dépensée, ou à dépenser, vers des « objets »
si nous n’y mettons pas la précision nécessaire, la notion d’ « objets » porte déjà une ambiguïté puisque l’habitude est, en psychanalyse et en psychodynamique, de parler d’« objets » quand il s’agit de parler d’individus autres que soi (je reviendrai plus loin sur ce point)
la libido est une énergie, une pulsion, un instinct, qui s’exprime, soit envers soi-même, soit envers autrui
quand elle s’exprime envers soi-même nous parlerons delibido narcissique ou de libido du moi (dans laquelle l’individu est son propre “objet” sexuel)
quand elle s’exprime vers autrui, nous parlerons de libido objectale (dans laquelle l’”objet”sexuel est un autre que soi)
si je metssexuel en italique, c’est que freud a beaucoup insisté sur  la nature sexuelle de l’ énergie libidinale1, mais que d’autres comme jung ont préféré y voir, de façon plus générale une énergie psychique
dans les deux cas, l’idée d’énergie reste, mais chez jung, sa sexualisation n’est plus systématique (cette différence de points de vue leur a même valu de perdre l’amitié qu’ils se portaient)
1 -freud distingue cependant la sexualité (simple flux de libido) d’une part, et la génitalité (flux de libido avec acte ou projet sexuel proprement dit, au sens habituel du terme) d’autre part
la distinction entre sexualité et génitalité ne suffit pas toujours à lever l’ambiguïté
cette libido étant considérée, du point de vue de freud et de la psychanalyse, comme une énergie existant de toute façon, celle-ci doit s’écouler d’une manière ou d’une autre, quelque soit le moyen qu’elle trouve pour y parvenir
freud décrit la psychopathologie à traversun décodage de cet écoulement de la libido qui se trouve plus ou moins contrariéou plus ou moins satisfait
il analyse ainsi les stratégies inconscientes que l’individu met en oeuvre pour satisfaire à cette exigence fatale de l’écoulement de l’énergie libidinale malgré tous les facteurs qui viennent le contrarier au cours de la vie
la libido est une énergie, un flux, un prolongement que le sujet dirige vers l’objet
dans la libido, l’objet (l’autre) est convoité
le flux d’énergie libidinale qui est envoyé dessus n’est pas un flux qui donne, mais un flux qui capte et qui prend pour se « nourrir »
freud ayant utilisé l’image naturaliste de l’hydre envoyant ses pseudopodes vers l’extérieur, pour parler du moi qui s’étire vers l’environnement, je n’hésiterai pas à comparer la libido à la langue du caméléon ou de la grenouille qui s’élance vers l’insecte… plus pour s’en nourrir que pour le saluer
cette image est un peu extrême, mais il faut bien reconnaître que quand seule la libido est à l’œuvre il s’agit plus de profiter de l’autre pour apaiser un besoin, que de le rencontrer
chez l’être humain il y a mélange, de cette énergie libidinale,  toujours aux aguets (gérée par le moi), avec une conscience qui porte au contraire au respect de l’autre (gérée par le surmoi)
mais l’humanisation de l’être humain peine à se produire, tant cela génère des conflits
tantôt il ira vers la libido au détriment de la conscience, tantôt vers la conscience au détriment de la libido, sans que les deux parviennent à trouver ensemble leur juste place
dans les deux cas, les blocages de libido ou les blocages de vie, qui en résultent, produiront des troubles psychologiques ou psychosomatiques
1 captatif de captare “capter” : psychologique “qui cherche à accaparer quelqu’un, à prendre pour soi”
  amour captatif (opposé à amour oblatif)
définition du petit robert
nb
nous remarquerons que l’association des mots “amour captatif” est contradictoire (oxymore) alors que l’association des mots “amour oblatif” est une répétition (pléonasme)
sa source est

prostatite qui consulter

prostatite chronique non bacterienne traitement

prostatite chronique non bacterienne traitement

  • prostatite augmentin
  • prostatite augmentation psa
  • prostatite aigue
  • prostatite au toucher rectal
  • prostatite quoi manger

prostatite qui consulter